Armées.com
 

Armées.com

 

© TebNad - Fotolia.com
 

© kmit - Fotolia.com

 
Ce site n'est pas un site officiel  

Accueil     Recherche historique aviateur Elisabethville     Rapports d'évasion     Articles     Les armées du monde
English
 
   


 

Rapport d'évasion du Lt Myron E. Sabin (matricule O-677597)
 

Le Lt Myron E. Sabin a atterri en Seine Maritime le 8 juillet 1944 et a été caché jusqu'à l'arrivée de l'armée britannique. Voici son histoire:

 

 

 

 

"Nous bombardions un champ d’aviation lors nous avons été touché par la flak à l’avant de l’avion. Le choc m’a mis complètement KO et a gravement blessé ou tué mon copilote. Tous les contrôles étaient hors service et l’avion est parti en piqué. Je suis revenu à moi et j’ai juste pu sortir par le hublot au-dessus de moi. Ce devait être à 15000 pieds (4500m). J’ai atterri dans un bois à 5 ou 6 miles au NO de Bois des Puits (Seine Inférieure) juste au nord de Formerie. Mon parachute était accroché à un arbre et j’ai dû l’abandonner. J’ai jeté ma veste Mae. Ma jambe avait été touchée par la flak et je ne pouvais pas marcher. J’ai rampé dans les bois. Je m’étais juste arrêté pour mettre un garrot lorsque les allemands sont entrés dans le bois à ma recherche. Ils ont tiré des coups de feu. Je me suis sauvé en rampant et j’ai trouvé une bonne cachette où j’ai pu mettre un garrot sur ma jambe. J’ai repéré un paysan qui travaillait dans un champ à la lisière du bois. Je lui ai fait un signe et il m’a fait signe de retourner dans les bois. Il a continué à travailler et quelques minutes plus tard, il est venu vers moi, a mis un nouveau garrot et m’a mis dans une meilleure cachette et m’a dit d’attendre.

Pendant que je l’attendais, une femme qui pouvait lire et écrire l’anglais est venue. Nous avons échangé des messages. Elle s’appelle Mme Suzanne Tréville, à Petit Ronchois, Haudricourt par Aumale (Seine Inférieure). Elle a soigné ma jambe blessée et m’a donné de la nourriture. Elle m’a dit de rester caché et m’a promis de revenir avec un médecin. Les allemands poursuivaient leur recherche mais ont fini par partir. Je commençais à m’impatienter à l’attendre et lorsque la nuit est tombée, je suis parti vers le SE en direction de Paris. Je sautillais tout en souffrant à travers champs. J’ai ensuite emprunté une route et je suis passé devant deux soldats allemands assis au pied d’une statue. Ils m’ont ignoré et j’ai continué jusqu’à 4.00 du matin. Complètement à bout de force et dans l’impossibilité de trouver un abri, je me suis allongé dans un champ. Il faisait si froid et j’étais tellement mouillé que je ne pouvais pas dormir. A l’aube, j’ai repéré une ferme à environ un mile de là et je m'y suis rendu en rampant. J’ai attendu caché derrière un arbre dans la cour jusqu’à ce que le paysan sorte et je me suis manifesté à lui (M. Dumont Arthanase, Haudricourt la Vitardiere (Seine Inférieure)). Il m’a mis à l’abri dans une grange, a examiné ma jambe blessée et m’a donné à manger.

Le 3ème jour, des allemands sont venus à la ferme pour chercher de la nourriture. Cela a effrayé mon hôte et le jour suivant, un jeune de la résistance, Robert Levasseur et le chef local des FFI, un major connu sous le nom de George, m’ont emmené dans une charrette tractée par un cheval jusqu’à la maison de George dans un petit village avoisinant constitué de deux maisons à un carrefour. Là le Dr Mercier de Formerie (Oise) a soigné ma jambe. J’ai ensuite été emmené à la maison de Robert à Bois des Puits, Criquier. Le Dr Mercier m’a rendu visite tous les 3 ou 4 jours. Robert Levasseur et son père Ernest étaient tous les deux lieutenants dans les FFI et étaient très actifs.

Mi-août, 60 hommes sont partis en direction des localités voisines et ont noirci les panneaux indicateurs. Pendant plusieurs jours, les allemands ont tourné en rond, les gens refusant de les aider ou leur donnant de mauvaises directions. Plus tard, des planches à clous ont été jetées sur les routes principales empruntées par les véhicules allemands en retraite. Beaucoup ont été immobilisés causant des embouteillages. Ils ont aussi abattu des arbres en travers des grandes routes.

Lorsque les britanniques sont arrivés le 31 aout, les FFI ont arrêté un collaborateur, un belge nommé X. X avait vendu de la nourriture aux allemands et les avait invités à déjeuner. Il avait 200 litres d’essence obtenus des allemands. Plusieurs filles qui avaient été intimes ou simplement amies avec des allemands ont eu la tête tondue.

Lorsque les britanniques sont venus, ils m’ont stoppé et m’ont demandé si j’avais vu des allemands. Je leur ai signalé des charrettes tirées par des chevaux qui venaient de passer. Trois shermans sont partis à leur poursuite et ont arrêté les allemands un mile plus loin.

J’ai de nouveau rencontré Mme Suzanne Tréville. Elle m’a dit avoir aidé le Lt Abe A Helfgoot dont l’avion a été abattu en février 1944, à rejoindre l’Espagne. Le 3 septembre, j’ai retrouvé mon radio, Fred C. Moyer à Gaille Fontaine (Seine Inférieure) et de là nous avons été évacuée par l’armée.

INFORMATION MILITAIRE:

La zone où je me trouvais est maintenant occupée par l’armée britannique. J’ai vu des prisonniers allemands et leur moral était très bas. Ils m’ont dit qu’ils manquaient de sommeil et n’avaient pas assez à manger. Tous les allemands que j’ai vu en avait assez de se battre. J’ai vu environ 200 allemands entrain de fuir l’avance alliée le jour de l’arrivée des anglais dans le village et ils paraissaient très fatigués. Certains n’avaient pas de fusil et leurs équipements étaient médiocres. Ils n’avaient pas de camions mais quelques chevaux et charrettes qu’ils avaient volés aux français.

Les français paraissaient très heureux de voir les anglais arriver et pendant que j’étais là, ils se livraient à des opérations de sabotage tous les jours.

Il y avait quelques familles pro-allemandes près de là où je me trouvais mais les patriotes français s’en sont occupés. Ils en ont exécutés quelques-uns, ont coupé les cheveux de quelques femmes et les ont fait défiler dans la localité. Ils ont été dans leurs maisons et ont pris la majeure partie de leurs possessions.

Je pense que la grande majorité des français sont à 100% pour les alliés."

 

 

 

Tombe de Lawrence R. Ruckreigle

Tombe du Sgt Lawrence R. Ruckreigle (matricule 36563643) qui se trouvait à bord du même avion que le Lt Myron E. Sabin

 

Sources:

 

Rapport d'évasion: http://media.nara.gov/nw/305270/EE-1699.pdf

 

Informations supplémentaires:

 

http://www.francecrashes39-45.net/page_fiche_av.php?id=3407 

 

 
     

 

Accueil     Les armées du monde     Rapports d'évasion     Articles     Recherche historique     Contact     Liens externes
     Conditions générales     Politique de confidentialité

Home     Historical Research POW     Escape Reports     Contact     External Links     Terms and Conditions     Privacy Policy


Copyright © 2010-2011 http://www.armées.com, Tous droits réservés, All Rights Reserved