Armées.com
 

Armées.com

 

© TebNad - Fotolia.com

© kmit - Fotolia.com

   
Ce site n'est pas un site officiel English

 

La forêt de Fréteval

Plus de cent aviateurs alliés ont été caché par la résistance dans la forêt de Fréteval près de Châteaudun. Le camp a été mis en place en mai 1944 et a été libéré par l'armée américaine le 13 août 1944. Le Capitaine William M Davis (matricule O-789887) a transité par ce camp et son rapport d'évasion nous donne des informations intéressantes.

 

"Mon avion a été abattu le 7 juillet alors que j’étais en mission dans la région de la Loire. Nous avions déjà mitraillé quatre trains. Nous nous trouvions à environ 30 km au nord-ouest d’Orléans et nous étions en train d’attaquer un cinquième train lorsque nous avons essuyé des tirs de DCA. Le cockpit a été touché et j’ai reçu des fragments de balles explosives. Le moteur droit avait été touché et l’avion a pris feu. Je me suis éloigné aussi vite que j’ai pu en volant en rase-mottes et en cherchant un endroit où je pouvais effectuer un atterrissage d’urgence.

J’ai atterri dans un champ labouré et par chance je n’ai pas été blessé malgré le fait que c’était un atterrissage très brutal. J’ai couru vers les bois dès que j’ai pu me débarrasser de mon parachute. Il y avait des paysans à l’autre bout du champ qui gesticulaient et marchaient vers moi mais je me souviens qu’on m’avait enseigné de ne pas demander de l’aide à un groupe de français. J’ai donc décidé de m’éloigner. Pendant ce temps, le reste de l’escadrille volait au-dessus de moi me donnant ainsi une couverture aérienne.

Après m’être caché dans les bois pendant une heure et avoir enterré ma tenue d’aviateur et mes gants, un jeune français m’a découvert. Je lui ai dit que je voulais des vêtements civils et il est reparti en me promettant de revenir une demi-heure plus tard. Une heure et demie plus tard il n’était pas encore revenu et comme il commençait à faire nuit, je suis parti chercher une autre cachette dans les bois un kilomètre et demi plus loin. Je suis resté là toute la nuit.

Le lendemain matin, je suis parti de bonne heure et j’ai marché en direction de l’ouest. J’ai abordé un paysan et il m’a donné à manger. Il m’a donné des vêtements civils et m’a proposé de me mettre en rapport avec la résistance. Le chef local s’est occupé de moi pendant les 4 jours qui ont suivi. Je changeais de place tous les jours et je passais la nuit dans des granges ou des champs et des résistants m’apportaient à manger. J’étais bien nourri et les français m’ont dit qu’ils avaient envoyé un message à Londres et qu’ils avaient ainsi pu vérifier mon identité.

Ces gens étaient bien organisés. Ils avaient un grand nombre de fusils Stens et de munitions ainsi qu’une radio britannique. Plusieurs parachutages avaient eu lieu dans la région (près de Châteaudun). Ils m’ont dit qu’un grand camp avait été mis en place non loin de là pour les militaires alliés en cavale et qu’on allait m’y emmener dès que l’un des responsables serait venu me voir.

Le 15, un agent est venu jusqu’à la ferme où je me trouvais avec quelques belges et il m’a dit de venir avec lui. Nous avons marché jusqu’au camp près de Châteaudun. Seul le chef de la résistance connait précisément l’existence de ce camp.

La discipline ne paraissait pas très bonne. Malgré ses efforts, l’officier britannique ne semblait pas capable de contrôler le groupe. Beaucoup se saoulaient tous les soirs avec du calvados ou du cognac et certains s’aventuraient dans les fermes et les villes situées à proximité de la forêt de Fréteval. L’agent en charge du camp faisait trop de promesses intenables. Je ne pense pas qu’il ait déjà fait ce genre de travail et il était incapable de comprendre la psychologie d’un groupe d’hommes vivant ensemble dans de telles conditions. J’ai par la suite été transféré dans l’autre partie du camp, là où la plupart des américains se trouvaient et l’état d’esprit était meilleur. Ils avaient mis place un parcours de minigolf et leur camp était nettement plus confortable.

J’ai été transféré dans la partie « américaine » du camp et étant l’officier le plus gradé, j’ai été en charge du camp jusqu’à notre départ le 13 août. Avant cela, le camp était géré par le Lt Di Betta et un agent belge qui se faisait appelé John – nous n’avons jamais su son nom de famille mais son code radio était OEB. John était vraiment excellent. C’est grâce à lui que le plan a marché. Il a mené les hommes pendant 9 semaines en donnant l’exemple et il a fait preuve d’une bonne compréhension de leurs besoins et de leurs personnalités. Il vivait en permanence avec eux, contrairement à l’autre belge qui nous donnait de l’argent. J’espère qu’il sera convenablement récompensé.

A un moment, un mitrailleur américain prénommé Craig a eu une crise d’appendicite pendant que nous étions dans le camp. John le belge l’a emmené voir un médecin français qui travaillait pour la résistance et s’est arrangé pour qu’il soit admis à l’hôpital en le faisant passer pour un français. John a marché 25 kilomètres sous la pluie pour faire les arrangements nécessaires.

Il n’avait peur de rien et partait voir sur le terrain lorsque les allemands étaient à proximité. Un jour il a été arrêté par les allemands mais ils l’ont laissé filer après qu’il ait affirmé être un travailleur belge qui travaillait dans la ville voisine. Il s’assurait de la sécurité et ce n’était pas une mince affaire étant donné que les allemands avaient un dépôt de munitions à 400 mètres de là. Jean Crequet a aussi accompli un travail formidable en nous approvisionnant en nourriture et il servait d’officier de liaison entre les deux parties du camp.

Vers la fin de notre séjour dans le camp, un autre agent prénommé Louis est venu. Il travaillait avec John mais il est probable que lui aussi se cachait. Il établissait le contact pour nous avec les français autour du camp et nous a dit qu’il avait reçu pour instruction de nous évacuer vers la péninsule de Brest.

Le Lieutenant Wiseman et Salomon (aussi appelé « Le grec ») ont quitté le camp avant que nous soyons libéré par l’armée américaine. Ils espéraient rejoindre la Suisse mais ils sont maintenant probablement avec le maquis quelque part en Savoie.

Les allemands savaient qu’il y avait beaucoup de gens qui se cachaient dans la forêt mais ils croyaient qu’il s’agissait uniquement de maquisard ou des français qui voulaient échapper au STO. En fait la plupart des maquisards ne savaient pas ce qui se passait. Un parachutage de nourriture pour nous et d’armes pour le maquis a été saisi par les allemands mais je crois que les allemands pensaient que c’était pour le maquis.

Un jour, un homme s’est aventuré dans la forêt et a été appréhendé par nos gardes. Il s’est avéré que c’était un russe ou un géorgien qui avait déserté l’armée allemande. Nous devions le garder comme prisonnier de peur qu’il ne parle. Il parlait un peu le français et aucune autre langue que nous puissions comprendre. Son nom est Killadze. Nous l’avons remis au CIC dans le PWE où nous avons été interrogés par le I.S.9 (WEA). Je crois qu’il est inoffensif et j’espère qu’il est bien traité.

Lorsqu’a commencé l’attaque américaine en Normandie, les allemands ont cessé de poser un problème. Nous recevions des nouvelles de Londres tous les jours et nous commencions à espérer être bientôt libérés. Certains hommes étaient sous pression et ne pouvaient plus attendre. Nous avons dû garder le camp et nous assurer que personne ne le quitte. Il était difficile de faire du sport et nous ne pouvions par parler trop fort. Les rations alimentaires étaient insuffisantes et pas très variées. C’était naturellement un grand soulagement lorsque l’agent chef de l’autre camp est venu nous dire le 12 août que des unités de l’armée américaine étaient au Mans et que nous serions bientôt contactés et évacués. Nous avons ramassé nos affaires et nous avons attendu mais ce n’est que le lendemain soir vers 17.00 qu’une troupe de reconnaissance de la 818th TD est venu avec leurs véhicules blindés. Ils nous ont amené au 5th Division HQ, et de là nous avons été emmenés au Mans où nous avons rencontré le Major Neave et d’autres responsables de cette opération."

 

 

Source:

http://media.nara.gov/nw/305270/EE-1039.pdf

Informations complémentaires:

http://forcedlanding.pagesperso-orange.fr/freteval.htm

http://www.francecrashes39-45.net/page_fiche_av.php?id=3800

 

Accueil     Les armées du monde     Rapports d'évasion     Articles     Recherche historique     Contact     Liens externes
     Conditions générales     Politique de confidentialité

Home     Historical Research POW     Evasion Reports     Contact     External Links     Terms and Conditions     Privacy Policy


Copyright © 2010-2011 http://www.armées.com, Tous droits réservés, All Rights Reserved